13/05/2008

Orgasme : 15 % de femmes satisfaites

Orgasme mode d'emploiOrgasme : 15 % de femmes satisfaites

30 % des femmes actives sexuellement n'ont jamais eu d'orgasme vaginal

BRUXELLES Avec le retour du soleil... les études sur les comportements sexuels réapparaissent comme les tenues légères. Les premiers résultats du sondage sur l'orgasme 2008 (http://www.orgasmsurvey.co.uk) indiquent que tout ne va pas pour le mieux au lit. Le but du sondage sur l'orgasme 2008 est de demander l'avis de 100.000 femmes. Parmi les 350 participants à ce jour, 30 % des femmes actives sexuellement n'ont jamais eu d'orgasme vaginal au cours d'un rapport sexuel avec pénétration et plus de 20 % n'ont jamais eu d'orgasme clitoridien au cours de ces mêmes rapports. orgasme mode d'emploi II

"Moins de 15 % sont toujours satisfaites, ce qui donne vraiment l'apparence d'une affaire unilatérale. Heureusement, les femmes savent se donner un coup de main car 80 % des femmes ont régulièrement un orgasme par autostimulation" soulignent les responsables de l'étude.

La réflexion sur le sujet va plus loin : les femmes qui ont classé leur plancher pelvien comme étant bon ou très bon ont 3 fois plus de chances d'atteindre un orgasme vaginal que les autres. Et celles qui déclarent exercer régulièrement leur plancher pelvien ont 2 fois plus de chances d'atteindre un orgasme vaginal que celles qui ne l'exercent pas. "Les orgasmes vaginaux ont beaucoup à voir avec l'âge, les femmes plus jeunes n'en ont pas aussi souvent que les femmes plus âgées" , soulignent encore les responsables de l'étude.

orgasme mode d'emploi IVLe fabricant britannique de l'exerciseur vaginal PelvicToner propose un défi aux millions de femmes souhaitant améliorer leurs rapports sexuels : il leur est demandé de compléter le sondage sur l'orgasme avant et après avoir terminé le programme d'exercice initial.

Les résultats seront annoncés le 31 juillet, ce qui coïncide avec la Journée nationale de l'orgasme.

17:06 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

23/03/2008

"Himenoplastia"

Aphrodite's hymenHymens sensibles, s'abstenir. (vidéo de Regina José Galindo en cliquant sur l'image)

14:13 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

17/03/2008

Cherry on Cake

bon, on a bien ri, nos gorges déployées ont été satisfaites, maintenant, suffit pas de rire, il faut aimer aussi.

 

WeddingCake-1allez, click sur l'image de la cerise sur le gâteau et hop, le monde de l'art s'ouvre à nous.

12:42 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

WOMEN: know your limits

LSD s.r.l panty girl
Bon, tu trouves la fille jolie, la culotte sexy puis tu cliques sur l'image et tu regardes la vidéo, tu comprends l'anglais ou pas, tu ris, tu trouves ça drôle, ça te fait réfléchir ou pas du tout, tu l'envoies à tes potes, qui eux peut-être ne riront pas ou ne parleront pas l'anglais, enfin, bref, tu te démmerdes!

12:18 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

21/02/2008

une héroïne veut en cacher une autre, sauf qu'elle cause English!!

April - July 05 801The Rule of Blowjobs for Women...
je vous fait un Best Of:

Cleanliness is Next to…
Many women hesitate to perform fellatio because of the smell or taste. (...) warm water and a washcloth are a great way to start a blowjob, and the rough cloth and some gentle rubbing and squeezing will go a long way toward getting him hard.

Pant Rant
Follow his breath, not your own. I admit, sucking cock turns me on. Sometimes it gets me more aroused than even he is at the moment! (...) So a good rule of thumb is to follow his breath. Match your rhythm, whether mouth or hand, with how fast he’s breathing, speeding up as he does, and you’ll pretty much be on target.

It’s OK
Put your thumb and forefinger in that “OK” position, then use it to circle the base of his cock. This is your base position, from which all hand strokes come. You can close all your fingers around him at some point and give him the full squeeze, but always remember to go back to “OK.”

Humming
Just what it sounds like. Take him into your mouth and hummmmmmm. The sensation is incredible. Just remember to use one basic tone. Don’t start humming Yankee Doodle Dandy, or it’s bound to break the mood.

...

etc.

etc.

y a quand même des filles bien, dans le American Countryside, et pas que Dolly Parton! Elle ne mentionne malheureusement pas qu'il ne faut surtout pas regarder les dents de la mer en même temps, et de respirer comme une femme qui met bas, sans la sueur.

(Julie-tte, pour la traduction, pas besoin, nous savons que tu lui donnerais des leçons à cette Serena, tu sais, comme la cousine de Samantha!)

14:19 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

20/02/2008

une héroïne peut en cacher une autre

Laetitia Bourget mouchoirs-menstruelsLaetitia Bourget mouchoirs-menstruels II








Cette activité de peinture primitive, menée durant les menstruations, consiste en l’utilisation ludique de petits mouchoirs en papier pliés, à la place des protections périodiques. Elle permet ainsi le recyclage d'une perte qui signifie biologiquement l'absence de fécondation, en source de créativité. L’ensemble représente actuellement environ 700 mouchoirs classés par mois, et constitue une forme de journal intime des cycles du corps et de l’activité artistique. Les mouchoirs sont épinglés de manière orthogonale, sous la forme d'installations qui recouvre les murs de motifs évoquant les test de Rorschach.

autres réalisations associées :
les sculptures-excréments, excréments modelés et inclus dans la résine polyester, 1997-2001
recyclage, vidéo, 1999
l'hygiène corporelle, vidéo, 1998

http://www.laetitiabourget.org/o_instal_mouchoirs-menstruels.htm

11:29 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

19/02/2008

SMILE!! We're open

Guy Bourdin GIRLSy a celles qui vantent, qui vendent, qui se vendent.
y a celles qui vivent, qui survivent, qui avisent, qui adviennent qui pourront...
y a celles qui donnent, qui sonnent, qui prônent, qui trônent.
y a celles qui jouissent, qui cuisent, qui luisent...
y a celles qui creusent, qui cherchent, qui trouvent, qui perdent...

et puis, nous, au milieu d'elles, on scrute, on pioche, on indique.

 

Un jour, c'est sûr, un parti jalousera l'autre, et la guerre ne sera plus uniquement virtuelle.

14:33 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Huge Tool allie l'outil à l'agréable

HUGETOOL small
Je préfère exploser.
Jeter mes reflets.
Les choses naïves comme des craquelures.
Attends, je fais une photo.
J'ai froid aux pieds.
Tu voudrais que je sois un territoire défini et marqué.
Je le suis. Maintenant, ça sèche.
Je me retrouve maculée comme un pantin.
Je me réserve le privilège de le marquer, là, maintenant.
Attends, je fais une photo.
Par ce que, je préfère exploser.
Regarde, je suis partout jetée.

14:24 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

14/02/2008

La fin de la plaquette

menstrues-attack

19:49 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Waf! Waf!

birds dogs

Can your pussy do the dog?

18:05 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

11/01/2008

para(n)nales (j'y suis SophiaNyx)

 Photo de 94688  Pas mieux
Proposé par Mrf-94688 le 03/11/2007 ,Validé par 57593

Une envie d'abricots allait m'éclore. "Allez, viens, viens donc m'éclore", je lui dis, comme ça. Ni une, ni deux,

 


[5 commentaires]  //   [Répliquer]

10539  Posté par archimago-O-UBU-10539 le 11/01/2008 01:10 GMT [Lien]

Fatigué ma poule ?

94688  Posté par Mrf-J-UBU-94688 le 11/01/2008 04:42 GMT [Lien]

(mrf, tu sais que c'est le genre de répliques auquel il ne faut pas répondre, et quoi qu'il arrive tu sais également que tu n'as pas besoin de faire part à la cantonnade qu'il est plutôt délétère de se connecter totalement ivre à 5 h 43 du matin)
ah ah, bien vu ! et toi, comment vas-tu ?

8956  Posté par psychose-B-UBU-8956 le 11/01/2008 07:28 GMT [Lien]


tiens voilà archi qui s'réveille.

92439  Posté par SophiaNyX-O-UBU-92439 le 11/01/2008 08:06 GMT [Lien]

l'Abricot rappelle une jolie vanne salace sur une Lolita en fleur (en bouton?), et tous ces hommes (ici présents, mais de quelle présence?) qui courent (deux ou trois jambes à COURIR?), au risque d'efFLEUrer (ne pas entendre déflorer) la petite nymphe façon Bilitis (Pierre Bachelet est mort, Akinisi, le savais tu?) dans un pré vert à la pelouse bien humide...
voyez, oyez, jeunes galants, badauds d'infortune prépubère, apercevez l'abricot qui éclot à l'orée de votre chant de vision.
Petits voyeurs attendris, vous nous manquiez, à nous, les gorgones avides de crachin, vous nous amusez, nous, les Moires à poussières...
Hommes d'inconstance à la banale érection matinale, je vous aime en ce matin d'ondinisme céleste.
Chers canus lupus des tréfonds de l'âme, approchez, rapprochez, l'abricot va exploser, couvrant alors vos cor(p)s caverneux mais expansifs d'une douche romaine, alliant fruits, légumes et chair fraîche...
approchez, rapprochez, votre nez sardonique contre le tétin à peine dardé, approchez, rapprochez, votre jouissance n'en sera que plus vaine, mais nous, les industrielles sans romance, les tisseuses de venin, nous récolterons vos semences blanches et iodées, nous planterons les graines (pas de noyau dur ici, nous le savons bien) et moissonerons à tout vent, chantant les oraisons funèbres, à la saison des coquelicots (vous savez, ces fleurs qui puent quand on les cueille!).

déclaration d'anamour à tendance B.I.T.C.H.ienne d'une simple Lacanienne de comptoir.

13:07 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

19/12/2007

CULTURE pour les CONs

Sexe de Femme - Dec 06 - Musée de la médecineLes racines du con:

Selon les dictionnaires, le mot « con » vient du latin cunnus, « vulg. sexe de la femme ». C’est tout ? Eh bien non, si l'on en croit un extraordinaire exercice d’étymologie publié cette semaine.L’auteur fait valoir qu’il y a aussi le latin com ou cum, qui veut dire « avec » et se retrouve dans plus de 1200 mots français composés (concubin, concupiscence, conjuguer, convoler, conquérir, confesser, etc…). Et le grec ancien eikôn, image.Encore plus fort, il cite l’égyptien ancien, 5000 ans avant notre ère, avec le Khons, terre des morts, des ancêtres et des dieux, ou Khonsou, divinité lunaire. Et aussi l’éthiopien Khons, dieu du ciel, kôns, revenants ou morts-vivants chez l’ethnie Fang en Afrique, kondron, habitant nain de la forêt (pygmée ?), kon, pénis, et ikûn ou okunu, possesseur du pénis, en général le mari, en langue Akan du Ghana. Kôni, amour chez les Bamiléké du Cameroun, khon, mourir, chez les Séréré, kon en Wolof pour coin, angle ou trou, et bien d’autres analogues.

Il faut lire cet article superbement écrit et érudit. et puis se dire, qu'un vagin ici est un pénis ailleurs... si, si, c'est dit!

http://www.africultures.com/index.asp?menu=affiche_article&no=7168

09:42 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

10/12/2007

a chicken in your pussy (radical picture)

jean pierre rey bird womantu lèves tes bras vers le ciel, rien ne tombe, ni un oeuf jaune, ni une rose rouge, tu penses à toi, te dis que tu es bien là au milieu du confort et des grains de coton, que ta vie humble ressemble à la masse, sans questions, ni devinettes, c'est le destin tatoué en bas de tes reins qui invite le silence des tes mots, tu hurles dans ta bouche, les dents font filtre, tu n'existe qu'en reflets pâles, mais ça te suffit, pourquoi pas dit l'ange, mais sinon, aucune question? aucun rassemblement d'actions qui ne te poussent à jouir plus fort?  pourquoi un quand deux montrent mieux? pourquoi finir avec la fin quand l'au delà ressemble à la vie? tu es jolie, on le dit, pétrie par des parents sains, ajustée par une éducation sans taches, on te laisserait mourir sur le pavé qu'il y aurait peut-être une fleur sous la dalle, mais on t'aime bien, ton image, on entend dire que tu es sage, que tu conviens, que tu t'adaptes, je nous demande, et si un jour, tu tournais vinaigre, tu zappais le miel et l'abeille pour le frelon et la cire gluante, si jamais, ton corps, décidé de n'être qu'un corps se prenait un enfer en plein déluge, vas y, voutes toi, deviens laide, vieille, crétine, hurleuse, moire, Parque, deviens sale, revancharde, indigne et snob, viens avec nous, chanter les louanges du péril, balance ta corde sur la raideur d'un pénis sombre, viens avec nous dans les combles de l'esprit radical, enfonce le doigt dans le crû, le show, le purulent, et dis nous, finalement, si rien de toute cette différence ne te convient... dis!

10:33 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

21/11/2007

En Bolivie, des prostituées se cousent les lèvres

Des prostituées de la ville bolivienne d’El Alto ont défilé les lèvres cousues, en signe de protestation à la fermeture des bars et bordels de la ville, faisant suite à de violentes protestations des riverains la semaine dernière.

« Nous nous battons pour le droit à travailler et pour la survie de nos familles » a expliqué Lily Cortez, leader de la El Alto Association of Nighttime Workers à la télévision locale. Et d’ajouter : « Demain, nous nous immolerons par le feu si nous ne sommes pas immédiatement entendues. Et le maire doit avoir conscience qu’il devra rendre des comptes s’il y a de graves conséquences, comme la mort de certaines d’entre nous ».
Le maire, Fanor Nava, a annoncé à la radio qu’il ne rouvrira pas les bars et autres bordels fermés depuis que les riverains, excédés par les histoires d’alcool et de crime, ont littéralement pris d’assaut El Alto, une ville déshéritée du Nord de la Paz. En Bolivie pourtant, si les macs sont interdits, la prostitution est légale.
« Ce ne sont pas seulement les propriétaires de bars et les travailleuses du sexe qui sont affectés, mais aussi les milliers de serveurs, barmaids, cuisiniers, taxis et vendeurs de rue qui vont se retrouver sans revenus », a déploré un propriétaire de bar.
El Alto est une des plus grandes agglomérations de Bolivie, avec environ un million d’habitants, pour la plupart des Indiens Aymara et Quechua.

bolivie

09:32 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

20/11/2007

C.O.P.I.N.E

Agnès Giard Erotique au japonAgnès GIARD

Dis, Agnès, tu nous épates, hein... (message insensible flatteur)

16:45 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

16/11/2007

Cherche, le chien, cherche

croque la pommeporteuses du défendu, de la jupe fendue, du pubis entendu, entendons-nous, nous vous désirons, vous, chiens de paille et de feu, le sexe s'ouvre quand il mouille, c'est évident, anecestral, sempiternel (exponentiel, même), l'humidité et la température sont des paramètres primaires et uniquement féconds à la quintessence de notre acceptation.
Ne prenez pas la pomme tombée du nid comme la petite gourde à désengourdir, à dépenailler, à dégriser... laissez la frustration oedipienne vous torturer le zizi, à la 457ème branlette, (testé en labo) vous devriez vous apercevoir qu'il existe en vous un vagin artificiel, là, juste entre votre cervelet et le neurone gauche, touchez le, ce rut désordonné, sans contexte connu, chiens de raille et de vrille, apprenez à désaimer, à reculer avant que vos missiles lancent l'offensive au moindre phéromone ostentatoire.
nous ne sommes pas que des réceptacles à graines, tout autant que nous aimons sucer ou rouler de la chair rouge, ne nous méprenez pas...
DONC, je reprends:  
reprenez votre souffle, observez comme la chair jute, apétissant tout ce jus, non?
Si rien ne vient du fond, alors la porte de sortie s'ouvre, soyez le petit bonhomme vert qui court, fier et sûr, ne revenez que lorsque votre GPS vibrera (nous avons des codes d'accès aux chemins vers vous).
Apprenez à dire non, à dire qu'il faut dire non, à renoncer, à subir le joug de l'isolement... vos truffes amères et dégoulinantes ne sont pas vos plus joyeux attributs, reconnaissez.
Chiens des rues et des étages, prenez votre mâle en patience et revenez à nous, calmes et sereins comme des ascètes sexués aux pénis rebondis d'humeur saline.

14:23 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (7) |  Facebook |

06/11/2007

à tensions

erik vervroegen deathne nous croyez JAMAIS dépourvues de Vie(s), nous débordons de ce que l'on interpèle les soirs de manque.

 

(renversez l'image pour mieux saisir l'intensité)

17:36 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/11/2007

Meat and Rock

Something REALLY different, listen to my punkrocktheory =>

 www.myspace.com/electrozombification

WARNING : loops in saturation

and after go there to see Sara =>

1167382761_0

20:14 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

aimer ça ou pas (statistiques)

ELLEN VON UNWERTH spitting water
2/3 des B.I.T.C.H n'approuvent pas la sodomie

2/3 des B.I.T.C.H sont mères

3/3 des B.I.T.C.H sont des salopes vertueuses

1/3 des B.I.T.C.H a des règles abondantes

3/3 des B.I.T.C.H ont des seins plottés

3/3 des B.I.T.C.H s'emmerdent au boulot

1/3 des B.I.T.C.H a une vieille chatte agressive à la maison

3/3 des B.I.T.C.H sont fauchés

mais rien ne s'arrête aux chiffres.

12:13 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

fucker comme des cochonnes

anglish "VOCABULAIRE
To copulate, to do it, to bang (US), to poke, to shag (GS),  to screw
          niquer, forniquer, tringler

Emplois dérivés :
- se faire baiser au sens de se faire avoir, se faire entuber
to get screwed, to get fucked over,
to get schafted

- ne rien baiser au sens de ne rien comprendre : to fuck up"

(lu ailleurs, copié ici, assimilé partout)

12:03 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

30/10/2007

service rendu aux matries

Sylvie Fleury Gode & bouteille de laitGode Michet ET bouteille de lait, qui dit que l'art ne pense plus aux facettes pratiques du quotidien de la femme qui sommeille en nous?

10:07 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

ceinture

Nieznalsviens, dépose la sentence semence autour du cul de mon utérus, dispose des viscères comme d'un magma de viandes, prédisposées, indisposées, viole le trouble de ta branche épineuse vénimeuse, vole les droits de propriété, chasse gardée, tire PULL tire étire étends épands et PAN! chasseur de poils, grille moi sur le barbeque géant, je suis moins que Diane, plus qu'Hécate, toujours décâtie sur le sol, je suis à la croix de tes chemins, liens verts et lianes noires, je jouis comme une poire trop mûre, écrasée contre ta lame resplendissante, viens, impose ton échaffaud, tes membres durs comme le métal hurlant, grésillant, ils plongent dans mon corps plasticine, je suis violette impérieuse, pleureuse pleurotte aux petites menottes d'amour, attache moi au rang des glandes salivaires, je suis si heureuse quand tu m'arraches de moi, ah oui, bien sûr, ton trident valeureux transperce mais il m'aime, tu le dis, je te crois, je suis vulve à tes pieds, vagin devant tes dents, mors équin, reviens, sans toi, je ne suis rien (entendu dans un film français de bas étages), oui, baise-moi (autre film français), oui, viens combler mon grenier cérébral, vider tes bourses dans mon sac à joker, libère ta liqueur dans l'alambic vitreux, vitrail sacerdoce d'une église sans foi, je suis ton prie-dieu, agenouille moi dans tes bras, et mange mon corps, celui-ci est là, divinement soumis à la tentation du priest, accroupis moi entre tes bras et frappe jusqu'à plus soif, la faim de l'essaim, guêpe mâle, tu dardes, plantes et l'écueil reste ma loi, je suis la baleine échouée sur ta banquise radicale, blanche comme un drap vierge, avant le sang, avant le sang, que tu lécheras comme ta première gelée de framboises...

10:03 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

24/10/2007

10 doigts en 20

Alors quoi connard, quoi ?

Tu gères les agendas. Tu planques ta femme sous sa burka. Tu finaudes et ondine en vaporisant ton écume. Des ambitions à la Bateman sous ta crème de nuit. Tu pisses plat connard. Tu vois de la faiblesse dans l'envie.

Alors quoi connard ? Tu sniffes tes cendres au lieu de renaître ? Tu n'apprends rien? Tu copies/colles des listes  d'album à tendre sur les inrock? T'as rien lu, t'as rien vu, les résumés wikipediés c'est pas de la culture.

C'est pas ta langue maternelle.

C'est pour ça que tu nous hais, hein, connard ? C'est parce qu'elles sont pourries les femmes avec leurs vagins dentelés et leurs tétons trombinoscopes. Parce qu'elles finissent par se barrer en glissant sur leurs pieds en sang.

ça coulera tous les mois connard. Du rouge, du brun et des caillaux. Si tu ne sais pas lécher ça, va voir le mur de plâtre. Là c'est blanc.

File-moi tes doigts, un, puis deux, puis trois. Je vais les péter tes doigts, un, puis deux, puis trois.

main2

 

- Illustration : Pascal Renoux - 

 

13:24 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

23/10/2007

une de nos mascottes fait du bruit (bon bon)

Witold Doreau Mascotte BITCHien compose pou rses BITCH
(le son de l'image sur ça)

13:38 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

22/10/2007

Le pont des soupirs

Vieux poupon russe aux couleurs fades, je t’ai mis en boîte, puis emboîté à d’autres belles prises…Mon totem m’a chuté sur la gueule.

J’ai ouvert grandes les mâchoires, je les ai évidées comme des poissons, des serrures ont sauté. J’ai enchaîné les étapes fulgurantes, et c’est l’indigestion, mon propre film qui me sort par tous les trous.

Je suis à présent la femme-pont, je m’étire à volonté, de la mienne à celle des autres, bientôt des petits hommes malformés viendront réclamer la tétée. J’aurai beau cacher mon visage sous mes aisselles, pulluler les traumatismes, devenir métal hurlant dans leurs filets, faire la criée, ce sera la tournée générale, mes tétons ne cesseront de tremper dans la bave, j’aurai enfin un rôle d’enfer, dans leur paradis.

Quand je serai une tétine géante pour vieillards lubriques aux fronts plats, j’emmènerai partout ma vermine baudelairienne et mes poumons dans un sac recyclable, à côté de celui à prostate de l’homme de ma non-vie.

Belle névrosée en course folle, dans l’ignorance la plus basique, j’escaladerai les pavés avec des chaussures qui ne me vont pas ! Je suis dans cette ignorance, vous savez, celle qui ignore même la dépression, je suis au cœur de l’incompréhension générale, je suis l’aile gauche de l’incommunicabilité médusante. Mon « je » est tellement lourd, imaginez vous que je le fais virevolter dans cette grande danse de plus en plus rapide, de plus en plus chiante qui m’ébouriffe la lymphe.

Et sans aucune conscience de ce que je sais je pisserai tout le chocolat quand tu ne seras plus là.

 nout

18:41 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/10/2007

Bertrand Cantat a droit à la liberté (article externe)

Ken Wong butterfly
(illustration de Ken Wong)

Bertrand Cantat a droit à la liberté
Par Agnès Boussuge, Elise Thiébaut

article publié dans la lettre 564

Lien permanent vers cet article

Nous sommes féministes. Nous venons d’écrire un livre intitulé “J’appelle pas ça de l’amour – La violence dans les relations amoureuses”, aux éditions Syros. Lorsque Marie Trintignant est morte des coups de son compagnon, nous avons, sous le choc, dit notre émotion dans une chronique intitulée “Crimes soporifiques”, soulignant l’aveuglement général face à la violence amoureuse, qui nous empêche trop souvent encore de l’identifier et de l’empêcher.

Le temps a passé. La justice aussi. Rien ne fera renaître Marie Trintignant, ni aucune des femmes qui meurent chaque année victimes de violences, dans le contexte d’une relation amoureuse ou conjugale.

Nous ne croyons pas approprié de contester la mise en liberté conditionnelle de Bertrand Cantat, qui n’a a aucun moment fait preuve de fanfaronnade, ni – pour autant que nous le sachions – tenté de tirer gloire de ce qu’il avait fait. Il ne s’agirait pourtant pas de faire de lui une victime, en lui refusant d’accéder comme tout condamné à une réinsertion prévue par la loi et trop souvent oubliée dans les faits.

La peine qui a été la sienne n’est en rien inférieure à celle de tout homicide involontaire en France. Huit ans d’emprisonnement, ce n’est pas rien. Quatre ans non plus. Et la rumeur selon laquelle Bertrand Cantat aurait bénéficié d’un jugement de faveur est injuste. Cette peine, c’est celle qu’encourt toute personne dans sa situation. Bertrand Cantat, par ailleurs, est un privilégié, puisqu’il dispose des moyens d’indemniser les parties civiles, de se réinsérer – toutes choses dont les prisonniers pauvres ne disposent pas. Il s’agit d’une injustice sociale, non d’une injustice liée aux violences envers les femmes. L’un des fondements de la République est que chacun a droit à une vie privée. Bertrand Cantat ne saurait en aucun cas être condamné “pour l’exemple”, pas plus que Marie Trintignant ne devrait voir sa personne réduite au statut exclusif de victime et symbole des violences envers les femmes. La peine de mort ne dissuade pas, on le sait, les délinquants de commettre des crimes. La libération de Bertrand Cantat, sur décision de justice, ne va pas davantage encourager les hommes à taper sur leur compagne sous prétexte qu’ils ne risquent – au mieux – « que » quatre ans de prison. Colporter une telle idée dessert tout simplement la lutte contre les violences envers les femmes, parce qu’elle repose sur une vision passionnelle et, surtout, sécuritaire des rapports sociaux.

La dénonciation et la sanction des violences dans le couple exige aujourd’hui de notre société autre chose que la personnalisation (voire la peopolisation) à outrance. Elle nécessite la mise en oeuvre d’une réelle politique de prévention, à l’instar d’autres pays européens. Cela nécessite des moyens supplémentaires pour former des professionnels et augmenter les lieux d’accueil et de ressources pour la prise en charge et l’accompagnement non seulement des victimes, mais aussi des agresseurs.

La violence est une spirale complexe, et nous devons éviter d’en faire une caricature, au risque de laisser croire que la tendresse, le dialogue, le respect et l’égalité ne peuvent pas exister entre les hommes et les femmes. Au contraire, la lutte contre les violences consiste à dénoncer les stéréotypes qui, trop souvent, encouragent la violence « de genre ». Acceptons cette décision dans le respect des vivants et des morts. Et continuons d’exiger, sans faire d’amalgame, la mise en place d’une politique résolue de lutte contre les violences dans le couple.

par Agnès Boussuge
Auteurs de “ j’appelle pas ça de l’amour, la violence dans les relations amoureuses”, Syros, Mai 2007 voir tous ses articles

Elise Thiébaut
Auteure avec Agnès Boussuge de "Si j'étais présidente", Syros Jeunesse. voir tous ses articles

14:04 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

17/10/2007

C O P I N E !!! (MAR_TA_MO

Marta Mo IAbout HER:
 

"Je suis une machine désirante. «4mm» femme terrible. Je suis un corps avec des poils. Je suis un corps intermédiaire. Je suis une identité à poil. Une identité reparamétré, mouvante et complexe. «4mm» identité périphérique. Je suis un désir ryzhomatique. Une couche de poils multiples. J’adore les poils. Les poils font des chatouilles. Et j’adore les chatouilles. Je suis un sachet d’organes. Un processus dynamique. Je suis un agencement impossible. «4mm» genre inédit. Je suis une machine à manger du chocolat. Un désir obsessionnel et percutant. Je viens de loin. «4mm» trans-culturelle. Je suis un corps prothèse. Je porte des lunettes. Elles sont rouges. Je suis un corps fluide. Paradoxal. Un corps qui transpire. Limite volatile. Un corps visqueux et «4mm» multi-exceptionnel. Je suis un désir inquiétant. Une identité pulvérisé. Qui coule. J’adore ce qui coule. Et j’adore l’odeur du sexe. Je suis une performance jouissive. Des fois une tempête. Un festival de dynamite. «4mm» identité bombastica. Je suis un corps auto-réflexif. Une action consciente. Je suis mon propre désir. MARTA MO II" MartaMo

14:22 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Tribute to Witches

Ernesto Timor a tribute to witches

fluffy bunnies de lasse cour, attitrées à un gourou bandé comme un arc de flûte à bec, les radasses de oh vol liées au radiateur du fond de classe comme l'étron creux à la surface de l'onde, petites femmes emplies de sperme avariées avant l'horaire de la bandaison matinale, que feriez-vous sans vos braguettes magiques?

vives comme des anguilles gluantes, la peau luisantes sur des tables de café sombre, elles vrillent, elles brillent, elles scintillent comme des étoiles sifflantes. Chaque homme de terre trempant son augure dans un trou noir ressent en elle (puisqu'au fond, elles sont encore Elle) un appel de l'étrange, de l'invisible clarté, de l'indicible Vision, mais rien de magique au corps mou, les chairs gigotent mais le fond râclé stagne.

viviers de sorcières aux teintures capillaires de Lidl, vous nourrissez les égrégores des fanatiques du doigt tendu vers le ciel, lequel pénètre parfois votre vagin divin, votre hardiesse mère, votre Isis de HLM, mais sachez qu'à la fin, nous serons devant vous, avec nos carnes débordantes, nos envies primales tout aussi borgnes que vos troisièmes yeux, nous n'aurons peut-être pas assimilé le sperme comme la semence de Thot ou le suc d'Aleister, mais nous aurons avalé chaque cm3 blanc dans l'acte du partage et de la jubilation, non, comme une offrance païenne digne d'un pourboire de troquet.

 

10:38 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

16/10/2007

Flatus Vaginalis, qui en rit ?

 petdechattegoogle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Chatte qui pète, sauve qui peu ?

Qui a honte du pet de chatte ?

 

On ne le re-pètera jamais assez, travaillez vos muscles vaginaux, et évitez les courants d’air.

15:43 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

15/10/2007

la bonne et le truand

198404732_smalldis, dis le n'importe,

l'exact pourcentage de noirceur dans le carré,

pas dans le tableau

fais la bonne chérie, il te truande

force les passages,

t'empale,

t'opale,

maintenant tu es toute blanche.

 

 

19:52 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |