19/12/2007

CULTURE pour les CONs

Sexe de Femme - Dec 06 - Musée de la médecineLes racines du con:

Selon les dictionnaires, le mot « con » vient du latin cunnus, « vulg. sexe de la femme ». C’est tout ? Eh bien non, si l'on en croit un extraordinaire exercice d’étymologie publié cette semaine.L’auteur fait valoir qu’il y a aussi le latin com ou cum, qui veut dire « avec » et se retrouve dans plus de 1200 mots français composés (concubin, concupiscence, conjuguer, convoler, conquérir, confesser, etc…). Et le grec ancien eikôn, image.Encore plus fort, il cite l’égyptien ancien, 5000 ans avant notre ère, avec le Khons, terre des morts, des ancêtres et des dieux, ou Khonsou, divinité lunaire. Et aussi l’éthiopien Khons, dieu du ciel, kôns, revenants ou morts-vivants chez l’ethnie Fang en Afrique, kondron, habitant nain de la forêt (pygmée ?), kon, pénis, et ikûn ou okunu, possesseur du pénis, en général le mari, en langue Akan du Ghana. Kôni, amour chez les Bamiléké du Cameroun, khon, mourir, chez les Séréré, kon en Wolof pour coin, angle ou trou, et bien d’autres analogues.

Il faut lire cet article superbement écrit et érudit. et puis se dire, qu'un vagin ici est un pénis ailleurs... si, si, c'est dit!

http://www.africultures.com/index.asp?menu=affiche_article&no=7168

09:42 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

10/12/2007

a chicken in your pussy (radical picture)

jean pierre rey bird womantu lèves tes bras vers le ciel, rien ne tombe, ni un oeuf jaune, ni une rose rouge, tu penses à toi, te dis que tu es bien là au milieu du confort et des grains de coton, que ta vie humble ressemble à la masse, sans questions, ni devinettes, c'est le destin tatoué en bas de tes reins qui invite le silence des tes mots, tu hurles dans ta bouche, les dents font filtre, tu n'existe qu'en reflets pâles, mais ça te suffit, pourquoi pas dit l'ange, mais sinon, aucune question? aucun rassemblement d'actions qui ne te poussent à jouir plus fort?  pourquoi un quand deux montrent mieux? pourquoi finir avec la fin quand l'au delà ressemble à la vie? tu es jolie, on le dit, pétrie par des parents sains, ajustée par une éducation sans taches, on te laisserait mourir sur le pavé qu'il y aurait peut-être une fleur sous la dalle, mais on t'aime bien, ton image, on entend dire que tu es sage, que tu conviens, que tu t'adaptes, je nous demande, et si un jour, tu tournais vinaigre, tu zappais le miel et l'abeille pour le frelon et la cire gluante, si jamais, ton corps, décidé de n'être qu'un corps se prenait un enfer en plein déluge, vas y, voutes toi, deviens laide, vieille, crétine, hurleuse, moire, Parque, deviens sale, revancharde, indigne et snob, viens avec nous, chanter les louanges du péril, balance ta corde sur la raideur d'un pénis sombre, viens avec nous dans les combles de l'esprit radical, enfonce le doigt dans le crû, le show, le purulent, et dis nous, finalement, si rien de toute cette différence ne te convient... dis!

10:33 Écrit par Une B.I.T.C.H peut en cacher une autre dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |